Essais de dégradation

Essais de dégradation aérobie de composés organiques

La dégradation de certains composés organiques présents dans les eaux usées est directement liée à la capacité de dégradation biologique de la station d'épuration (STEP). Il est possible de quantifier cette dégradation biologique par le biais de l'élimination du carbone organique dissous (COD). Afin d'établir par exemple si le rejet d'eaux industrielles entrave la dégradation des eaux usées ou si certains composés organiques sont fondamentalement dégradables de manière biologique, ENVILAB propose des tests de dégradation comme l'essai Zahn-Wellens (élimination du COD). Par ailleurs, un test d'inhibition de la nitrification peut être réalisé pour évaluer l'influence d'un rejeteur sur la nitrification de la STEP.

Essais de dégradation anaérobie de composés organiques ou de boues

Dans des conditions anaérobie, on peut déterminer la capacité de dégradation d'un digesteur (DCO et réduction de la matière sèche) au sein d'une station d'épuration (STEP). Ceci permet d'identifier les effets de substrats (par ex. boues tierces) sur le digesteur. On peut ainsi mesurer la production de gaz mais également une action inhibitrice. D'autre part, les essais de dégradation anaérobie peuvent servir à établir le rendement en méthane dans le cas d'une éventuelle subvention de la Fondation pour la protection du climat et la compensation de CO2 (KliK).

ENVILAB propose des essais de dégradation anaérobie à différentes températures et sur une durée flexible.

Pour plus d'informations, Livia Jost (Tél. 062 745 70 57) vous renseignera volontiers.